Hotel Palavas les Flots au sud de Montpellier - Hotel Amérique
Loading..
Hôtel Amérique***
7 avenue Frédéric Fabrège
34250 Palavas les Flots
Email : contact@hotelamerique.com
Téléphone / Fax : 04.67.68.04.39
Menu
BUSCAR ON LINE
Mejor precio online GARANTIZADO
BUSCAR

Hôtel Sud de Montpellier
Un hôtel proche de Montpellier, point de départ idéal pour profiter de la tauromachie et de la corrida dans l'Hérault.
L'hôtel Amérique est un hôtel à Palavas les flots, qui compte trois étoiles et 47 chambres, réparties au sein d'un hôtel, avec des chambres classiques, et des chambres disposées autour d'un patio arboré, avec piscine et jacuzzi en saison.

La situation de l'hôtel Amérique, à 10 km au sud de Montpellier, à Palavas-les-Flots, est idéale pour aller à la plage, située à cinq minutes à pied, mais aussi pour découvrir Montpellier et l'ensemble de la région Languedoc-Roussillon. En effet, notre hôtel, situé au sud de Montpellier, est un point de départ idéal pour partir à la découverte de Avignon. Avignon se situe à 1h15 minutes de route de l’hôtel en voiture.
Professionnels, optez pour un hôtel au Sud de Montpellier pour vos séminaires et incentives.
Notre hôtel, situé au sud de Montpellier, à Palavas-les-Flots, est également idéal pour les professionnels cherchant une chambre lors d'un voyage d'affaires. En effet, nous ne sommes situés qu'à une dizaine de kilomètres du Parc des expositions de Montpellier, haut lieu de conférences, congrès, séminaires, etc. et de tout type d'événements d'entreprise, susceptibles de drainer une population de toute la France, voire de l'étranger.
Par ailleurs dans notre région se pratique la Tauromachie :
La tauromachie (du grec tauros, « taureau » et makheia, « combat ») est l’art d’affronter le taureau, soit lors de combats à l’issue desquels le taureau est mis à mort, soit lors de jeux, sportifs ou burlesques.
Toutefois, l'emploi du mot tauromachie comme synonyme de corrida ne reflète pas la réalité des spectacles taurins qui varient selon les pratiques et les pays. D'autres pratiques tauromachiques ont acquis une forme stable, des règles codifiées et une réelle institutionnalisation. Il s'agit notamment de la course landaise, la course camarguaise en France, les toros coleados au Venezuela et en Colombie, le jaripeo au Mexique, le rodeo chileno au Chili, la course de recortadores au Portugal ou El rodeo en su salsa de Cuba qui est une forme de tauromachie alternative.
Diverses formes :
Avec mise à mort
La tauromachie avec mise à mort se pratique sous diverses formes en Europe, en Amérique latine.
La corrida est le combat du torero à pied avec un toro de lidia âgé d'au moins quatre ans, dans une arène, avec Picador et cuadrilla. Elle est pratiquée essentiellement en Espagne, dans le midi de la France, dans divers états d’Amérique latine et des États-Unis ainsi que dans quelques communes du Portugal.
La corrida de rejón est l'affrontement du torero à cheval avec un taureau de combat qui sera tué avec une lance ou rejón.
La course portugaise ou corrida portugaise (en portugais, tourada) « est un spectacle tauromachique où des cavaliers vêtus en habit de marquis du XVIIe siècle affrontent les taureaux de combat avec des rejónes et des banderilles. La mise à mort du taureau ne se fait pas en public, il est arrêté par des forcados avant d'être puntillé au toril. » Elle est pratiquée essentiellement au Portugal et également dans le midi de la France.

Sans mise à mort
Ces courses sont le plus souvent des sports reconnus par des fédérations nationales en France et en Amérique, ou bien des spectacles fantaisistes.
La course camarguaise est un sport pratiqué en France, dans les départements des Bouches-du-Rhône, du Vaucluse, du Gard et de l'Hérault. On l'appelle aussi « course libre » depuis le XIXe siècle.
La course landaise est aussi un sport pratiqué en France dans les départements des Landes et du Gers.
La course de recortadores est un sport pratiqué dans le nord de l’Espagne (Navarre, Aragon, Castille-León, Pays basque, Communauté valencienne et communauté autonome de Murcie). Il se rapproche de la course landaise, avec des écarteurs et des sauteurs. Le toreo comique est une parodie de corrida pratiquée partout où a lieu la corrida formelle.
Il existe aussi de nombreuses formes de lâchers de taureaux dans les rues ou sur les places publiques et des jeux taurins parodiques ou burlesques, comptant d'innombrables variantes locales, pratiqués dans l'ensemble des régions traditionnelles de la tauromachie (abrivado et bandido en Provence et en Languedoc, encierro, typique des fêtes de San Fermín à Pampelune).
En Amérique latine, la tauromachie comporte plusieurs types de spectacles taurins. Outre la corrida, dans les pays où elle est autorisée, d'autres jeux taurins, généralement sportifs, se pratiquent du nord au sud. Ainsi le Jaripeo est une forme de rodeo où le cavalier chevauche le taureau et tente de se maintenir sans être renversé. Ces cavaliers portent le nom de charros. Au Chili, le rodeo chileno se déroule avec deux cavaliers nommés huasos. L'un est chargé de diriger et d'orienter le taureau, l'autre doit rester en contact avec l'animal par l'intermédiaire de son cheval, pour arrêter le taureau à l'endroit prévu.
Au Brésil, un autre jeu taurin consiste en deux formes de rodéo : l'une est issue des pratiques de l'élevage bovin depuis au XVIIe siècle : il s'agit de poursuivre le taureau sur une piste et de l'attraper au lasso. Une autre forme de rodéo serait une technique d'origine espagnole : il s'agit de faire tomber le taureau en l'attrapant par la queue. Il se pratique pendant les fêtes rurales du Nordeste, c'est un sport rémunéré.
Il existe encore beaucoup d'autres tauromachies sous forme de rodéo, de capea de village, et de jeux taurins, même dans les pays où la corrida est interdite comme les farra de boi au Brésil, les Bullriding aux États-Unis, sport qui est désormais constitué en association sportive : le Pro-Bull Rider depuis 1992, qui compte 700 compétiteurs, et des filiales au Canada, au Mexique, au Brésil et en Australie.
Origines et évolution
Les historiens de la tauromachie s'accordent à dire que l'on ne peut dater de façon certaine l'apparition de celle-ci : « Nous ignorons les origines exactes des jeux tauromachiques dont l'épanouissement fut réservé à l'Espagne. » Beaucoup restent prudents sur la datation de l'évolution des « jeux de village en des fêtes ordonnées, avec une réglementation et des codes. » On trouve des traces de fêtes tauromachiques royales avec des cavaliers dès 815 en Espagne. Mais sans doute bien avant, la tauromachie est née comme un sport populaire dans le berceau d'origine du taureau sauvage : les Pyrénées, côté sud et côté nord. C'est dans la zone des Pyrénées qu'a fait souche un des derniers troupeaux des aurochs qui couvraient le continent euro-asiatique. Mais c'est sur le versant sud, où les conditions géographiques et économiques, propres à la péninsule ibérique, ont permis que la race de taureaux sauvages soit le mieux préservée.
Bien avant d'être le privilège de la noblesse espagnole à cheval, la tauromachie était un jeu de paysans, avec des jeunes qui s'amusaient à défier les taureaux sauvages.

corrida palavas hotel amérique